Archive | 2019

Sexting à l’adolescence : des frontières de l’intimité du couple à l’extimité à risque.

 
 

Abstract


Cadre de la recherche\xa0: A l’adolescence, les relations amoureuses jouent un role significatif et offrent un espace ou les adolescents approfondissent le developpement de leurs competences emotionnelles, sociales et cognitives, qu’ils avaient deja elaborees dans la sphere familiale et avec leurs amis. A l’ere du numerique, l’intimite dans les relations amoureuses des adolescents se teste et se construit dans un espace social s’inscrivant a la fois dans le monde reel et dans l’espace virtuel. Le sexting, nouvelle modalite de regulation de l’intimite envisagee sous le prisme de l’extimite dans un environnement domine par les technologies numeriques, souleve des questions quant aux risques reels et percus par les jeunes et aux frontieres de l’intime. Objectifs\xa0: Nos etudes visent a mieux definir les contextes et motivations aux pratiques de sexting, les usages abusifs et les liens avec les cyberviolences, les representations et risques percus par les adolescents, ainsi que les perspectives et les besoins de prevention tels que les jeunes les envisagent. Methodologie\xa0: Deux etudes ont ete menees en Belgique aupres d’adolescents (etude\xa01\xa0: N= 1321 - 45\xa0% garcons - âge moyen\xa0: 15,1 ans [ET =2,1] et etude\xa02\xa0: N= 340 - 65\xa0% garcons - âge moyen\xa0: 15,6 ans [ET =1,7]). Un questionnaire a ete propose aux participants rencontres au sein des etablissements scolaires dans le cadre de passations collectives. Resultats\xa0: Au sein de l’etude\xa01, 18,7\xa0% des participants et 26\xa0% dans l’etude\xa02 declarent avoir deja envoye ou poste des messages, photos ou videos sexy d’eux-memes. Les garcons sont plus susceptibles que les filles d’avoir pratique le sexting au moins une fois et plus specifiquement d’avoir poste ce type de contenus en ligne. Plus de 60\xa0% des adolescents garcons et filles destinaient ces contenus a un partenaire amoureux. Quant aux prevalences de victimisation, 17,1\xa0% des participants rapportent avoir deja ete victimes d’au moins une forme de cyberviolences sexuelles et/ou sexistes, soit la diffusion non consentie de messages ou images a caractere sexuel, ou menaces d’agir de la sorte, et la reception de messages insultants ou rumeurs a caractere sexuel. Conclusions\xa0: Inscrite dans une exploration de la sexualite adolescente, la pratique du sexting est mise au service de l’extimite dans une poursuite des tâches developpementales. Pourtant elle est susceptible de donner lieu a d’importantes derives et de permettre la reproduction virtuelle de violences et d’attitudes sexistes et deshumanisantes. Les besoins de prevention suggeres tant par les filles que par les garcons traduisent entre autres le besoin d’un cadre contenant pour reguler ces pratiques. Contribution\xa0: La prevention dans le domaine de la vie sexuelle et affective, incluant le sexting, reste la voie pour eduquer et securiser les adolescents aux saines pratiques en la matiere, et ce, des l’enfance dans le cadre scolaire.

Volume None
Pages None
DOI 10.7202/1070310AR
Language English
Journal None

Full Text